L'AIRD quitte progressivement la République du Congo

AIRD phases out of the Republic of Congo

Lorsque l'AIRD a été créé pour la première fois en République du Congo (RoC) en 2012, c'était pour répondre aux besoins de milliers de personnes déplacées à travers le pays. Les crises humanitaires en provenance de la République démocratique du Congo et de la République centrafricaine voisines ont conduit des milliers de réfugiés à fuir vers le Congo à la recherche de sécurité et de protection. La combinaison des efforts de multiples acteurs humanitaires en tandem avec le gouvernement congolais était essentielle pour soutenir le nombre croissant de personnes relevant de la compétence du Congo. L'AIRD a rejoint ces efforts en 2012, et l'assistance fournie par le programme depuis lors a inclus la prestation de services aux réfugiés et aux demandeurs d'asile à travers la gestion des abris, la construction d'infrastructures, la gestion du carburant, la gestion des transports, l'entreposage et dans sa réponse à la violence sexuelle et sexiste. (SGBV).

L’AIRD a travaillé en étroite collaboration avec le HCR, nos principaux donateurs au Congo, depuis le lancement du programme. Depuis, nous avons entretenu de très bonnes relations et fourni ensemble de nombreux services vitaux aux personnes déplacées et à leurs communautés d'accueil. Il est néanmoins une réalité bien connue de l’espace humanitaire que l’écart entre les besoins et les ressources disponibles pour répondre à tous ces besoins reste toujours important. Malgré le fait que ces lacunes et bien d'autres encore persistent dans les services, nous devons malheureusement annoncer que l'AIRD va progressivement quitter le Congo. Cela est dû à la décision difficile concernant les domaines sur lesquels prioriser et orienter le financement vers cette sortie de l'AIRD.

Les élèves de l'école primaire de Bouemba se tiennent fièrement devant leurs structures scolaires nouvellement réhabilitées entreprises par l'AIRD

Le Congo a été en proie à des conflits de milices dans le passé mais est actuellement stable. Le pays accueille des réfugiés de la République centrafricaine, du Rwanda et de la RDC. À la fin de 2019, le Congo accueillait quelque 25.700 réfugiés et 14.400 demandeurs d'asile (UNHCR 2020). Plus de 6 200 réfugiés, principalement originaires de la République centrafricaine (RCA), ont choisi de retourner dans leur pays d'origine. Un accord tripartite pour faciliter le rapatriement librement consenti des réfugiés centrafricains a été signé entre le HCR, le Congo et la RCA en août 2019. Quelque 9700 demandeurs d'asile ont été enregistrés en 2019 (dont 8800 arrivés de la République démocratique du Congo (RDC ) en décembre 2018).

Notre partenariat avec le HCR a pris fin cordialement le 31 décembre 2020. Quelques membres de notre personnel restent actuellement pour éliminer progressivement le programme, alors que nous avons déjà fait nos adieux à la majorité de nos plus de 40 employés. Nous sommes très fiers du travail acharné qu'ils ont fourni au cours des huit dernières années et nous leur souhaitons beaucoup de succès dans leurs activités futures. Sans leur travail acharné et leur persévérance, les communautés qu'ils desservaient pourraient se trouver dans des situations bien pires aujourd'hui.

Les relations et partenariats que nous avons développés au fil des années au Congo ne cesseront pas. Si les ressources deviennent disponibles, nous envisagerons volontiers de revenir pour apporter notre expertise et nos compétences dans les domaines dans lesquels nous avons travaillé. Nous restons engagés dans notre nouvelle stratégie 2021-2025 et sommes fermes dans notre décision d'élargir notre travail et nos services pour répondre aux besoins de personnes déplacées dans de nouvelles régions et pays.

Inspection de l'école primaire de Boeumba

Chloration d'un puits à Impfondo

Début des activités de rapatriement à Betou

 

actions