Les réfugiés ivoiriens espèrent un avenir pacifique alors qu'ils rentrent du Libéria

Ivorian refugees are hopeful for a peaceful future as they return home from Liberia

En juillet 2021, l'AIRD, en partenariat avec le HCR et d'autres partenaires d'exécution au Libéria, a commencé à faciliter le rapatriement librement consenti des réfugiés et demandeurs d'asile ivoiriens qui ont choisi de rentrer chez eux en Côte d'Ivoire.

AIRD, en tant que partenaire logistique, soutient le transport sûr et digne des réfugiés ivoiriens pendant leur voyage de retour, et supervise également leur court séjour dans les centres de transit par des soins généraux et une alimentation avant le départ final vers leur pays.

La situation en Côte d'Ivoire

Des dizaines de milliers d'Ivoiriens ont fui leur pays entre 2010 et 2011, lorsqu'un violent conflit a divisé le pays selon les partis à la suite des résultats contestés des élections présidentielles. Le refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à Alassane Ouattara a conduit à une guerre civile qui a provoqué des déplacements massifs et plus de 3 000 morts. Gbagbo a ensuite été renvoyé devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité. Son acquittement en 2019 et son retour en Côte d'Ivoire le 17 juin 2021 ont donné à beaucoup l'espoir qu'une paix durable puisse prévaloir, surtout compte tenu de l'accueil chaleureux que lui et d'autres exilés ont reçu du président Ouattara.

Beaucoup de ceux qui ont fui en tant que réfugiés sont depuis retournés en Côte d'Ivoire. À la fin de 2020, le HCR a signalé que sur les quelque 224 000 personnes qui ont fui la violence en 2010/2011, il ne reste que quelque 8 100 personnes. Beaucoup de ceux qui restent envisagent également un retour.

Le passage sûr à la maison

Le 23 juillet 2021, le premier convoi de rapatriement facilité par l'AIRD a été organisé depuis Saclepea, campement de Bahn avec 123 réfugiés dans 32 ménages.

Des convois de rapatriement ultérieurs ont été organisés par l'AIRD sur trois sites d'opérations ; du comté de Saclepea Nimba, du comté de Grand Gedeh et enfin des comtés de River Gee et du Maryland via la frontière de Prollo.

 

Gauche : Un chauffeur de camion AIRD aide les réfugiés à débarquer à une frontière

 

Il faut beaucoup de planification et de coordination avec plusieurs partenaires et agences avant que les activités de rapatriement puissent commencer. Ces activités présentent des défis en temps « normal », mais encore plus face à la pandémie de COVID-19. L'AIRD, en tant que partenaire logistique et d'hébergement du HCR, travaille avec des partenaires de santé pour s'assurer que les tests COVID-19 sont administrés aux réfugiés et aux demandeurs d'asile qui ont exprimé leur intérêt à être rapatriés. Tous les cas positifs sont ensuite emmenés dans des centres de traitement par les partenaires de santé du HCR.

La flotte de camions et véhicules légers impliqués dans le trajet est entretenue et ravitaillée un jour avant le mouvement dans les ateliers et stations-service AIRD. Les mécaniciens sont souvent à bord des camions prêts à tout problème mécanique. Les camions et le personnel AIRD sont pré-positionnés et s'assurent que les bagages sont chargés sur le camion marqué pour les bagages un jour avant le voyage.

Les routes menant à la Côte d'Ivoire se sont également révélées extrêmement difficiles à l'occasion, et particulièrement pendant la saison des pluies. Il est donc absolument crucial que les équipes AIRD évaluent toutes les conditions routières bien avant le départ.

À droite : une route déplorable à la frontière de la ville de Toe. Un agent de rapatriement de l'AIRD évalue l'état de la route avant le convoi

 

Au point frontière de Prollo, la rivière Callava qui sépare les deux pays est souvent inondée et a provoqué plusieurs annulations et reprogrammations dans un passé récent.

Lorsque les conditions sont bonnes, cependant, les personnes déplacées qui rentrent chez elles peuvent embarquer à bord d'un ferry avec des gilets de sauvetage pour plus de sécurité, aux côtés de camions et de véhicules légers qui les transporteront à leur arrivée.

Ci-dessus : Préparation à la traversée de la rivière Callava à bord d'un ferry

De juin à août 2021, l'équipe AIRD Libéria a soutenu le retour en toute sécurité et compassion de plus de 5 574 personnes déplacées de 1 546 ménages. Ils continueront à travailler main dans la main avec d'autres partenaires pour s'assurer que ceux qui souhaitent retourner dans leur pays d'origine puissent le faire dans les conditions les plus dignes possibles.